L’oeil du prince

En reposant le recueil, elle effleura une couver- ture de cuir, crut d’abord qu’il s’agissait d’un car- net de correspondance mais ne put s’empêcher de l’ouvrir. C’était l’emballage d’un cahier dont les pages étaient couvertes d’une petite écriture ronde presque enfantine. Je ne savais pas ce que c’était l’amour, je ne savais rien de ce qui nourrit et dé- vaste, alors sans ce savoir je n’étais qu’une petite chose lancée sur les routes et sans arme pour af- fronter la vie.

Il n’y avait que cette phrase sur la première page, écrite à l’encre bleue, presque délavée. Lysange eut comme le sentiment que ces phrases s’adressaient directement à elle et cela lui ôta tout scrupule pour commencer à lire ce qui avait tout l’air d’être un journal de bord.